Le ressenti (définitions)

Ce mois-ci, je propose « de faire un peu de vocabulaire », ce notamment pour répondre à une des questions que nous adresse Isabelle C., fidèle lectrice qui veut voir plus loin et participe activement ! Sa question : « Quelles différences existe-t-il entre le ressenti, le sentiment, la sensation et même l’émotion ? » Et « l’impression » manque à la liste, nous allons le voir.
Lire la suite

Qui suis-je ou qui ne suis-je pas ?

(Le présent texte est retiré d’un prochain livre à publier, Le regard qui transforme)

Pour introduire un autre point de vue qui se veut être de la nature du « regard qui transforme », je vous pose ce mois-ci une question – elle est fréquente dans les milieux psychospirituels : « qui êtes-vous ? » Et je vous propose de vous (nous) arrêter plus spécialement à une des réponses possibles (sans dédain pour toute autre).
Éventuellement, de façon idéale, heureuse, vous me répondez : « Je suis le Divin, je suis l’Être, je suis ! Je suis le témoin, l’observateur, celui qui voit… » Vous pourriez ajouter encore : « Je suis le rien, le vide, d’ici et maintenant et de toujours, le Néant d’où tout est possible, de tous les possibles ».
Lire la suite

Prendre l’effet pour la cause

Pour cette nouvelle chronique et pour débuter cette nouvelle année, que je souhaite à chacune et à chacun lumineuse et heureuse, je veux m’arrêter à un piège fondamentalement insoupçonné, lourd de conséquences, qui nous éloigne notamment de la connaissance, de la compréhension de ce qui se joue dans notre propre existence et qui nous prive surtout de la prospérité, des relations épanouissantes ou simplement de la sérénité.
Lire la suite

La somatisation, la cristallisation

Comme elle l’a déjà fait le mois dernier, Isabelle C. vient de me solliciter et sa demande, simple et directe, devrait nous permettre de revenir sur des notions élémentaires, complétées par quelques données permises comme d’habitude par l’inspiration du moment.
Je rappelle que votre intérêt exprimé, vos demandes ou suggestions me sont tout à fait précieux pour alimenter la présente chronique. Et Isabelle de demander :

« Pourrais-tu parler de la somatisation ? Je suis surprise par des choses qui m’arrivent en ce moment et je me demande s’il n’y a pas quelque chose là-dessous ! »

ON parle de somatisation pour désigner un conditionnement (une programmation) psychique qui s’exprime à travers le corps, qui se fait éprouver dans la chair. Mais ce phénomène de cristallisation des « bagages mentaux pernicieux » ne se limite pas au corps de chair ; il englobe tout notre environnement physique, matériel, ainsi que toute la sphère relationnelle (pertes, isolement, conflits…).
Lire la suite

Nous aussi avons des réactions négatives !

Pour la chronique du mois dernier, je nous invitais à considérer – à tenter de considérer – nos propres attitudes éventuellement démesurées. C’est sans doute là une des choses auxquelles nous résistons le plus, et c’est bien compréhensible ! Il y a déjà en nous tant de culpabilité enfouie qui celle-là n’est fondée sur rien d’autre que des croyances erronées ou des décisions malencontreuses (notamment suscitées par une morale astreignante) que nous n’avons pas un accès facile à nos positionnements parfois « outrageants ». Alors, réfléchissons un peu :
Lire la suite

Voir ce qui n’est pas accepté, c’est tout !

Un obstacle majeur à la paix d’esprit, à la transformation attendue, aux effets positifs durables de la conscientisation, c’est conserver en soi un « il ne faut pas que j’agisse et/ou réagisse de la sorte ». C’est lourd, moralisateur, culpabilisant… Et, finalement, cela empêche de voir ce qui se passe réellement (ce qui est éprouvé, ce qui est pensé ou commis) ; cela en limite la perception alors que c’est précisément cette perception qui nous fait défaut.
Lire la suite

Notre blessure déclinée, transposée

Avec suffisamment d’attention accordée à ce que nous expérimentons, à ce qui se passe dans notre quotidien, dans notre existence, à ce que nous éprouvons parfois fort douloureusement, il devient assez vite évident que nous sommes le plus souvent « à côté de la plaque » quant à simplement dire ce qui ne va pas, ce qui ne tourne pas rond, ce qui se joue avec l’idée de nommer ainsi la vraie cause.
Il y a que nous ne sommes pas habitués à diriger notre attention de la sorte, que nous demeurons pris dans nos réactions ordinaires (compulsives et inconscientes), que nous « préférons » incriminer des causes étrangères à nous-mêmes et trouver des explications/justifications qui apportent dans l’instant une sorte de satisfaction. « Ça fait l’affaire ! »
Lire la suite

Ils l’ont dit à la radio

Après divers échanges à partir des chroniques déjà diffusées (entre autres), je souhaite ce mois-ci insister sur un point peut-être insuffisamment développé jusque-là ou qui a pu ne pas retenir l’attention. Quand j’écris ici (comme ailleurs), quand je m’exprime, quand je propose un retour à ce qui m’est dit, confié, il n’y a strictement rien dans mes mots à recevoir, à considérer, à comprendre comme « vérités absolues », ni comme simples remarques méritant une exclamation du genre « il a raison ! » (Elle n’est pas plus féconde que de déclarer tout de go : « Il a tort ! »)
Lire la suite

L’identification

Lecteur de la chronique, Dominique E. m’adresse un message dont voici l’extrait retenu pour développer ici la réponse que je lui ai faite (je rappelle que vous êtes invité à communiquer autant que vous le souhaitez) :

« …Je suppose que celui qui souffre d’une telle déprime aura quelques difficultés à repérer le film de sa vie et finalement à voir, à sentir, qui souffre…, qui il est.

Questions: dans ce contexte, le fait de pouvoir voir, sentir, ressentir vraiment (en vérité) qui il est, permet-il de le libérer de ses souffrances, à supposer
que malgré sa souffrance, il puisse « toucher du doigt » celui qu’il est, qui il est ? »

Il ne saurait être question de nier cette difficulté, c’est « dramatiquement » la nôtre ! Parfois, je me demande si nous avons, fondamentalement, une autre difficulté que celle de nous rappeler qui nous sommes. Et cet oubli pourrait bien expliquer toute condition de vie déplorée (déprime ou autres circonstances).
Il arrive que les médias rapportent qu’une personne amnésique a été trouvée errant « dans la nature », incapable de décliner son identité, son adresse, et parfois même de prononcer le moindre mot.
Lire la suite