Nous avons tous une bonne intention, la même

Indépendamment de toute manifestation, s’il vous est devenu facile, voire évident, d’être sciemment conscient, pleinement présent, de vous connaître en tant que présence et de la rayonner, si vous y revenez donc à volonté sans insatisfaction persistante, vous n’avez certainement pas besoin de vous arrêter sur ce qui compose mes diverses publications. Et cela ne vous empêcherait pas de les apprécier !
Lire la suite

Nous ne savons rien de ce que nous voulons, ni pourquoi nous réagissons (est-ce possible ?)

Quand on en a fini de vouloir, fini avec le vouloir, on s’occupe enfin de ce qui tient vraiment à cœur ! (RG)
Quand on en a fini de réagir, fini avec la réaction, on se libère enfin de ce qui encombre son cœur ! (RG)

Dès lors que nous nous disposons à explorer notre réalité, non pas seulement ce que nous sommes en essence, mais surtout ce qui le voile, ce qui constitue notre vieux conditionnement identificatoire, il n’est possible de l’envisager utilement, en s’assurant une « réussite », qu’à la condition de renoncer au sérieux, à la gravité, à la solennité… Un intérêt, une « curiosité » nous anime bien sûr, mais cela peut surtout être fait de légèreté, voire de joie ou d’amusement. La crispation mentale n’est pas de mise quand il s’agit précisément de se hisser hors du seul mental et de la préférence à ne plus en être le jouet.

Lire la suite

« Je ne sais pas » et tout est bien (Amor fati)

En ce matin de septembre (17.09.2018), tout en me sentant bien, je vis donc un instant tranquille où « je ne sais pas », où je suis sciemment avec le « je ne sais pas ». Oh, d’habitude, je ne sais pas davantage, mais je n’en suis pas (sciemment) conscient ! Dans le cas présent, je vis ou revis « je ne sais pas », de façon devenue limpide, évidente. D’abord, ça a été un vécu ou une impression un peu étrange et j’ai fini par l’identifier : « Je ne sais pas ». Cela pourrait signifier « reconnaître la réfutation humaine et ordinaire de la réalité ». À un certain niveau, le positionnement « tout est établi ou prévisible » est une illusion, voire une aberration.

Lire la suite

La conscience manifestée ou la manifestation d’un changement d’état de conscience

Quand ça ne va pas, quand quelque chose ne va pas, quand nous nous sentons plus ou moins mal, on peut ou pourrait dire simplement que nous « souffrons » – bien que cette expression soit limitée ou révélatrice. Ordinairement, on n’emploiera pas ce mot, d’abord parce que nous ne sommes pas du tout habitués à exprimer directement ce que nous ressentons. Quand ça ne va pas, on subit l’expérience et l’on y réagit d’une manière ou d’une autre. La subir fait déjà partie de la réaction, si on l’éprouve ainsi, ou le « subissement » est un support de la réaction. Et la réaction ne se prête pas à la possibilité de nommer les choses, de nommer ce qui est vécu. Réagir est une chose, dire vraiment ce qui est en est une autre ! La réaction n’a pas vocation à confier ce qui est véritablement ressenti, ni même à envisager une solution.

Lire la suite

Y a-t-il quelque chose qui vous « démange » ? (Juste une expérience personnelle)

Si tout et n’importe quoi peut être prétexte à réagir (à déplorer, à s’indigner, à se lamenter, à imposer son point de vue, etc.), les mêmes circonstances peuvent se faire occasion d’observation, de conscientisation, de détachement (désidentification), de présence, de libération… J’ai bien pu de temps à autre déplorer le vécu dont je vais témoigner dans ces pages, mais j’aurais pu le déplorer bien davantage si l’une de mes postures conditionnées n’avait pas été une forme de négligence ou de déni. Quoi qu’il en soit, puisque je m’y suis arrêté comme jamais, je fais ici le partage de ce qui en est déjà résulté.
Lire la suite

Une expérience révélatrice, toutes le sont (toute leçon) !

La période très estivale semble me souffler une chronique plus légère ou sinon différente. Quoi qu’il en soit, s’agissant de rédaction, je fais toujours avec ce qui me vient et alors que le premier juillet arrive à grands pas, temps de la nouvelle chronique, rien d’autre que ce que je m’apprête à faire partager ici ne retient mon attention. Je ne sais pas si ce petit bavardage tranquille représentera un intérêt pour quelques lecteurs ! Vous pourriez trouver davantage intérêt à lire ou relire les chroniques précédentes. Faites ce qui vous convient, ce qui vous attire.
Lire la suite

L’ignorance, un mal insoupçonné

Tout en ayant été la même, cette nouvelle chronique aurait pu être consacrée à d’autres aspects que ceux que vous allez découvrir, mais j’ai simplement fait avec ce qui m’est venu lors des divers moments rédactionnels, simplement mû par une intention générale : communiquer un peu avec cette partie de nous-mêmes qui reste dans l’illusion, dans la souffrance, dans l’ignorance. Et comme d’habitude, je compte sur vos contributions si des questions surgissent…
Lire la suite

La présence, l’état de présence, la présence sciemment manifestée

On vit comme on vit, on vit ce que l’on vit au quotidien à partir d’un état de conscience général et il ne nous vient jamais (sinon exceptionnellement) de le considérer un peu, ni surtout d’envisager que l’on pourrait en manifester un autre. Il s’agit là de ma première prise de conscience « psychospirituelle » que je me rappelle. J’avais environ 18 ans, j’éprouvais une forme de dépression et je me formulais clairement qu’une toute autre expérience était envisageable… C’était pour moi une évidence !
Lire la suite

L’identification à la personne ou les souvenirs identificatoires (3/3)

Au besoin, vous percevrez mieux l’implication phénoménale de notre conditionnement identificatoire si vous avez lu ou lisez (relisez) les deux précédentes chroniques consacrées à ce même thème, la première étant celle de février 2018 (n° 147). Cette troisième partie est une « synthèse » (un peu longue) qui inclut des éléments et des exemples qui se veulent parlants.

Lire la suite

L’identification à la personne ou les souvenirs identificatoires (2/3)

Vous recevrez d’autant mieux ce texte si vous avez lu, attentivement, celui qui le précède et qui « plante le décor » – la chronique de février 2018 – n° 147). Ici, je ne vais pas répéter ce que j’ai écrit, mais je vais explorer la possibilité d’abandonner peu à peu l’identification à la personne, au « quelqu’un », en en étant de plus en plus conscient, étant établi que cette identification pose manifestement de gros problèmes, toute la souffrance humaine. Quiconque est et reste bien convaincu d’être quelqu’un, ce « quelqu’un » fait de ses expériences, de ses connaissances, de ses opinions, de son corps, de sa nationalité, de toute son histoire, trouvera peu d’intérêt à lire ce qui suit, à moins que la lecture lui donne de quoi envisager différemment les choses !
Lire la suite