Questions/Réponses

Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, C’est parce que nous n’osons pas que les choses sont difficiles.
(Sénèque)

Je réponds ici à quelques questions (que j’ai synthétisées) qui me sont parfois posées aussi bien par Internet, téléphone ou de visu.
Toutes autres questions seront les bienvenues !

J’ai lu votre livre, on m’a parlé de vous… J’hésite à venir vous voir et je vous avoue que c’est juste de savoir que vous êtes non-voyant qui m’arrête.

C’est vrai, je suis aveugle, que puis-je vous dire ? Que j’apprécie votre franchise, que quelques personnes me confient cela, que je le comprends. D’abord interpellés par le handicap, des gens m’expliquent ensuite leur étonnement à constater qu’ils l’avaient complètement oublié après quelques minutes seulement.
Et d’autres, signe que l’histoire de chacun est toujours en cause, m’avouent qu’ils m’ont choisi, eux, justement parce que j’étais aveugle.

En travaillant ensemble, on pourrait comprendre le sens de votre hésitation, mais respectez-vous. Et avec la thérapie en ligne, avec l’échange écrit (si une telle expérience vous intéresse), plus d’aveugle !

J’ai été touché par vos écrits sur le site (j’avais lu votre livre) et j’aimerais bien entreprendre une démarche avec vous. J’aimerais travailler sur moi depuis longtemps ! Mais je n’arrive pas à me décider

Ah, personne ne pourra décider pour vous, bien heureusement ! Voyez les raisons pour lesquelles vous voulez ou voudriez (pour respecter votre formulation) entreprendre cette démarche et ce qui vous retient.
Au lieu de « j’aimerais travailler sur moi », quelle impression avez-vous si vous dites « J’ai maintenant clairement l’intention de travailler sur moi » ?

Et avec à l’esprit la circonstance indésirable qui vous fait envisager de travailler sur vous, pour vous en libérer, qu’êtes-vous prêt à faire ? Quel temps, quel argent êtes-vous prêt à consacrer au dépassement de votre problème ? Juste pour vous sentir mieux, et même beaucoup mieux, pour vous libérer de ce qui vous pèse depuis si longtemps et vivre enfin ce à quoi vous aspirez profondément, que seriez-vous disposé à entreprendre, à vous permettre, à vous offrir ? Quand ?

N’est-ce pas regrettable que toutes les consultations psy soient si onéreuses ? Ca me gêne !

Cette « gêne » peut renvoyer à bien des peurs et des croyances (la conscientisation les révèle), mais le point important à considérer ici est l’aide que vous apporte la démarche que vous entreprenez. Si cette aide est réelle (quelle qu’elle soit), vous pourriez tout aussi bien considérer vos frais comme un investissement bénéfique. Libéré de vos anciens schémas, vos aptitudes retrouvées, vous vous disposez à une abondance qui, peut-être, vous aurait manqué encore sans votre engagement financier.

J’ai rencontré quelques rares personnes qui s’insurgeaient contre les prix élevés de certains séminaires. Ces personnes dépensaient pourtant un argent fou, tantôt en cigarettes, tantôt en alcool, tantôt en d’autres compensations dont elles ne pouvaient certainement pas dire qu’elles représentaient un investissement intéressant. Mais chacun fait ce qu’il peut !

S’agissant de la thérapie en ligne, qu’en est-il de la confidentialité ? Il y a, d’une part, que j’ignore qui va lire mon message une fois parti sur Internet et, d’autre part, que nous sommes plusieurs à la maison à utiliser le même ordinateur – je n’ai pas envie que quiconque lise mes confidences.

L’échange se fait par e-mails et nous sommes donc les seuls à lire notre correspondance. Quant à la confidentialité au niveau familial, il vous est possible de vous créer un compte dont l’accès requiert un mot de passe que vous pouvez être seul(e) à connaître. Vous pouvez aussi supprimer les traces de vos messages, non sans les imprimer d’abord ou les sauvegarder sur le support de votre choix. Il serait dommage de vous priver de la possibilité de les relire à loisir.

Ne croyez-vous pas que travailler en relation d’aide est un moyen un peu facile pour se faire de l’argent ?

Je ne sais pas ! En tous domaines, tous les cas de figure existent. J’ignore si les thérapeutes ou enseignants que j’ai consultés dans ma vie gagnaient beaucoup d’argent et je ne sais pas non plus l’argent qu’ils ont eux-mêmes investi dans leurs propres formations. En revanche, sans aucun regret, je sais ce que cela m’a personnellement coûté (pendant 20 ans (j’ai toujours été un passionné). Même sur une courte période, un travail sur soi peut faire dans sa vie une différence heureuse, inoubliable ; nous le méritons bien !

S’agissant de la thérapie en ligne, comment cela se passe-t-il, engagé pour un mois, si je suis empêché de poursuivre l’échange pendant tout le mois ?

L’espace de communication implique que tout peut être dit et aucune difficulté confiée ne reste sans réponse. Si vous n’avez pu profiter de votre mois, il y aura report.

L’idée de la thérapie en ligne m’attire, mais j’ai tellement de mal à écrire !

Parlez-vous de la frappe au clavier, de l’orthographe, de votre style ? Vous posez la question et vous pouvez donc le faire. Si vous choisissez ce moyen, l’exercice vous fera progresser (avantage supplémentaire). S’agissant de la forme, vous comprenez bien que ça n’est pas ce qui nous intéresse. Si vous êtes suffisamment lisible, ça me va et peu importent les fautes !
Et sachez que d’autres moyens sont à votre disposition (dictée vocale, téléphone, messagerie vocale).

Quelles différences entre la thérapie en ligne et en cabinet ?

La différence, les différences : l’intérêt que vous portez à l’une plutôt
qu’à l’autre, la possibilité que vous avez de choisir l’une alors que
l’autre vous est impossible, ce que chaque démarche vous apporte si vous
avez expérimenté les deux… Bref, autant de réponses que de personnes
concernées.

En la matière, ce qui doit vous renseigner, c’est essentiellement votre
intérêt et votre expérience. Il n’y a pas de démarche ni d’enseignement qui
soient valables pour tout le monde. Par exemple, deux personnes peuvent être
profondément touchées chacune par un livre qui laisse l’autre indifférente
et chacune en recevoir beaucoup. De plus, vous pouvez aujourd’hui être
attiré par quelque chose qui ne vous avait pas parlé dans le passé.

En ligne et en cabinet, le travail est-il exactement le même ?

Pour une part, oui ! Quant aux différences, j’ai coutume de dire que les besoins motivant le choix de l’aide en ligne sont eux-mêmes différents de ceux du choix de l’aide en cabinet. Ne comparons pas ce qui n’est éventuellement pas comparable.
J’ajoute qu’il peut m’arriver de proposer à une personne que j’aide en ligne de venir me voir (ou d’aller voir un confrère).

Peut-on librement utiliser les textes de votre site ?

Merci de l’appréciation et puisque la demande est faite, je n’en doute pas, vous accepterez de diffuser les textes en mentionnant leur provenance.